Air France - Amicale de l'UTA

Aller au contenu

Air France

En trois mois, Benjamin Smith a réussi à obtenir 10,4 milliards d'euros de prêts en France et aux Pays-Bas, et à faire valider deux plans de départ volontaires - l'un de 368 postes chez les pilotes et l'autre de 1.700 postes chez les hôtesses et stewards, ainsi qu'une restructuration sans précédent du réseau domestique. Il a convaincu les syndicats d'Air France d'accepter une réduction de 40 % de la filiale régionale Hop, ainsi que le transfert d'une part de l'activité d'Air France à Orly à sa filiale low-cost Transavia France. Ben Smith a aussi bien avancé dans l'optimisation dans la flotte, en sortant tous les A380 et les A340 chez Air France, ainsi que les Boeing 747 chez KLM, tout en confirmant le remplacement des A319 d'Air France par des A220, à compter de 2021.
 Cependant, si Air France et KLM sont à l'abri de la cessation de paiements grâce aux prêts étatiques, le retour à l'équilibre en 2023, avec un objectif de marge de 7 %, et un retour de l'offre au niveau pré-crise en 2024, semblent encore très optimistes.

il reste encore à finaliser les discussions pour le plan de départs volontaires des personnels au sol d'Air France, pour 3.640 postes, ainsi que le millier de suppressions de postes chez Hop. En cas d'échec ou d'un nombre insuffisant de candidats au départ, des licenciements secs seraient imposés.
 
Côté Néerlandais, la direction de KLM doit encore faire accepter 3.500 suppressions de postes, ainsi que des baisses de salaires de 10 % à 22 %.
 
Par ailleurs, si Air France s'est montré très volontariste en rouvrant 80 % de son réseau dès juillet (soit 150 destinations), avec l'ambition de monter à 85 % et 170 destinations en septembre, le taux de remplissage moyen ne dépassait pas 56 % en juillet contre 90 % habituellement. Et la baisse des recettes, supérieure à celle de l'offre, atteignait 67 % sur le court-courrier, 76 % sur le moyen-courrier et 85 % sur le long-courrier (pour une offre inférieure de 80 %) (...).
 
Et loin de s'arranger, le niveau des réservations serait en forte baisse en septembre et octobre, du fait d'un net repli de la clientèle affaires. Le groupe n'en continue néanmoins d'afficher son optimisme en prévoyant de remonter à 65 % de ses capacités au quatrième trimestre (contre 55 % pour Lufthansa et 46 % pour IAG), 80 % en 2021 et 100 % en 2022. Mais une hypothèse plus pessimiste, évoquée en interne, tablerait sur 60 % en 2021 (...).
 
Air France va exploiter un vol direct Pékin Paris une première en Europe. La France sera ainsi le premier pays de l’Union européenne à disposer d’un vol direct au départ de Pékin.
 
Air France-KLM, Lufthansa et IAG totalisent 11,8 milliards d'euros de pertes au 1er semestre, soit davantage que les bénéfices cumulés de toutes les compagnies européennes en 2018 et 2019.
 
Consultés par référendum, les pilotes d'Air France du SNPL ont approuvé à 90,37 % des votes, le projet du développement de Transavia France, et ont accepté de lever l'interdiction faite à Transavia France de reprendre des lignes domestiques d'Air France et de Hop. Et accepté d'échanger une garantie contractuelle d'un minimum de 110 avions moyen-courrier chez Air France, par une nouvelle garantie de 150 appareils de plus de 136 sièges (Airbus A320, A220, Boeing 737), incluant les 110 avions d'Air France, ce qui va permettre de transférer des lignes et des créneaux aujourd'hui exploités par Air France et Hop à pertes, à Transavia.,avec un coût au siège de 63 euros contre 107 euros pour un A320-200 d'Air France et 131 euros pour un Embraer E190 de Hop, avec une marge d'exploitation de 9 %, contre 2 % chez Air France. Transavia France devrait parvenir à rentabiliser des lignes aujourd'hui déficitaires et résister plus efficacement à la concurrence d'easyJet, Volotea et Ryanair.
 
Air France a relancé le 31 août ses vols entre Paris Orly et Brest, 4 fois par jour.
 
Retourner au contenu