Le Musée UTA Gérard GOURLAN - Amicale de l'UTA

Aller au contenu

Menu principal :

Le Musée UTA Gérard GOURLAN


Création du Musée Air France


À la fusion Air France UTA il avait été convenu entre Air France, le Musée et l’Amicale UTA, que l’Amicale se chargeait de réunir photos et documentation, a charge de répondre aux demandes d’Air France, ce qu’elle fit et continue a faire.
Fut alors créé une Commission Patrimoine qui recueillit et mit en valeur les photos, objets et documents d’UTA et des compagnies qui l’ont constituée.

Notre salle de réunion fut progressivement transformée en salle d’exposition, avec des maquettes de toutes tailles, avec des mannequins (pilote, hôtesse), avec des vitrines pour les objets fragiles, avec des tableaux décorant les murs, pour mettre en valeur nos collections et les présenter aux visiteurs.
Trois ordinateurs servirent a la numérisation des photos, revues et objets. Le Musée put ainsi répondre sans délai aux demandes du Musée d’Air France, de la photothèque et la cinémathèque d’Air France, de la direction de la communication à l’occasion d’expositions diverses, aux demandes d’articles des Revues aéronautiques ou de particuliers collectionneurs.
Cela permit de réaliser des restaurations des maquettes DC8 et DC10, la numérisation des photos, des brochures touristiques, des guides horaires et tarifs, des collections de billets d’avion (Aigle Azur, UAT, TAI, UTA, etc.), des cartes de vœux, cartes postales, autocollants, étiquettes de destination bagage, etc.

Nous fournissons au Musée Virtuel d’Air France les photos et documents de nos compagnies.

Les inventaires des livres, romans et encyclopédies diverses consacrés à l’aéronautique, l’identification et le classement de la photothèque consacrée aux évènements et personnalités diverses, l’inventaire des 181 boites d’archives d’UTA, provenant du service du personnel, ne sont pas encore terminées et demanderons probablement encore plusieurs années.

L’Amicale UTA, très attachée à l’hydravion Bermuda, fut restauré une première fois par UTA, lorsque le général Lissarague, directeur du Musée de l’air demanda début 1980,
Claude Bossuau, Directeur Industriel de l’UTA, de l’aider a remonté et a restauré le Bermuda, transporté de Tahiti en France par la Marine Nationale. Le Général Lissarague avait alors organisé le 29 mai 1980 l’inauguration du Bermuda au Musée de l’Air, en présence de l’inventeur de l’hydravion, Henri Fabre, du Président de l’U.T.A Francis Fabre, et de Claude Bossu qui avait accepté de remonté et de peindre l'hydravion aux frais d'UTA.




Vitrines

  







Maquettes

    

  






  


UTA était une compagnie privée issue de la fusion en 1963 de l’UAT, qui desservait l’Afrique, et de la TAI qui desservait l’Extrême-Orient et le Pacifique, à Tahiti, compagnie qui fut vendue à Air France le 1er janvier 1989 et fusionnée le 1er janvier 1992.

Les avions de nos compagnies au Musée de l'Air


Nous avons de nombreux liens avec le Musée de l’Air, quatre avions de la TAI y sont exposés. Nous avons donné un Morane 230, nous avons participé à la première restauration du Bermuda et aidé a l’aménagement du Boeing 747 donné par Air France.

1 - En  1965 l’Aéro-club UTA fit don au Musée de l’Air d’un Morane 230, un des trois avions qui servaient à l’entraînement à la maniabilité des pilotes de la TAI à la base de Vichy. Il est exposé en vol sur le dos aux couleurs de l’Armée de l’Air

2 - Le Bermuda, actuellement en restauration à Dugny, était un hydravion exploité par le Réseau Aérien Interinsulaire, RAI, filiale de la TAI, qui reliait les iles de la Polynésie avant que les pistes y soient construites (Ce que notre ami Gérard Feldzer ignorait dans une récente vidéo). Cet hydravion, acheté en Australie à Gordon Taylor en 1958, a transporté un grand nombre de passagers entre Bora-Bora, piste sur laquelle se posaient les DC-6 puis les DC7 de la TAI, et le lagon de Papeete, ainsi que sur le réseau interinsulaire. Il fit son dernier vol le 7 mars 1975. Stocké quelques années sur le parking près du lagon, il fut, grâce aux amis du Musée de l'Air, démonté et transporté en France par la Marine Nationale.
Il fallait le remonter ; le Général Lissarague téléphona a son voisin, UTA Industries, j’étais à l’époque directeur industriel de l’UTA, pour me demander de l’aider au remontage et à sa restauration. Comme c’était un avion de la compagnie, et que j’avais débuté ma carrière à la TAI, j’avais été plusieurs fois le passager de cet hydravion, j’avais aussi assisté à l’une de ses Grandes visites d’entretien, je lui donnais tout de suite mon accord, détachais des mécaniciens pour le remontage, et fit prendre en charge  par U.T.A. Industries le traitement de la corrosion et la peinture.
Pour remercier U.T.A. le Général Lissarague organisa le 29 mai 1980, avec Francis Fabre, le Président de l’U.T.A., qui était très attaché aux hydravions pour avoir créé avant la guerre la compagne Aéromaritime, une cérémonie émouvante, à laquelle il avait invité Henri Fabre, l’inventeur de l’hydravion (Maurice Bellonte était aussi présent), à l’occasion des 70 ans du premier vol d’un hydravion (numéro 97 de l’Echo). Le Général Lissarague me remit un diplôme d’honneur du Musée de l’Air. Exposé à l’extérieur sous les couleurs du Réseau Aérien Interinsulaire, il fut endommagé lors d'une tornade et, fort heureusement, à nouveau réparé (deuxième restauration).
Cet hydravion doit être remis aux couleurs de la RAI.

3 -  Il existe dans les réserves du Musée un Douglas DC7, avion qui fut exploité par la TAI avant l’arrivée des DC8. Cet avion fut le premier qui se posa sur la nouvelle piste de Faaa à Tahiti le 16 octobre 1960,. Il se corrode depuis des années stationné à l’extérieur à Dugny et est dans un état déplorable. Il y a très peu de DC7 dans le monde qui ont été restaurés, peut-être un seul, sa valeur est d’autant plus grande.

4 – Le DC8 Sarigue, donné par l’Armée de l’Air, fut le deuxième DC8-33 de la TAI, le F-BIUZ, transformé en Sarigue par notre compagnie, qui est à l’extérieur.

5 – Le DC3 qui est exposé dans la salle de la Deuxième Guerre Mondiale fut exploité par Aigle Azur, compagnie rachetée en 1955 par l’UAT.

6 – L’Amicale a participé à l’aménagement du Boeing 747 donné par Air France, en détachant au Musée l’ancien chef du département aménagement avions de l’UTA, M. Jacques Desaulnay.

7 - Caudron Aiglon
En 1978, M. Martinet, pharmacien à Nouméa, refit le voyage qu’il avait entrepris avant-guerre, reliant Paris à Nouméa et retour, avec le même avion. Le Caudron Aiglon fut préparé par U.T.A. en particulier le moteur Renault qui fut révisé par la filiale CRMA. Après le décès en 1980 de M. Martinet, sa veuve me donna l’avion, j’étais à l’époque président de l’aéro-club UTA, à charge de le donner au Musée de l’Air, sous condition qu’il resta en état de vol. Il fut confié à l’Escadrille du Souvenir et fut accidenté.

8 – Il existait dans les halls C et D, en mezzanine, une exposition permanente consacrée au transport aérien. Notre compagnie y présentait une quarantaine de photos sous-titrées, une carte de l’Afrique montrant le réseau de l’Aéromaritime, une maquette de DC10. Ces deux halls, consacrés à la renaissance des ailes françaises, furent inaugurés le 30 mai 1979, en présence du Ministre des Transports et du Major Général de  l’Armée de l’Air, le général Fleury, des dirigeants d’Air France, Giraudet et Perol, d’UTA Francis Fabre, du GIFAS, de l’Aérospatiale. Cette exposition disparue lors d’une réorganisation des halls du Musée,.
Je souhaite qu’une exposition soit créée au Musée de l’Air sur le Transport aérien français.
Enfin nous avons déploré que, lors de l’arrêt des quatre Super Guppy, qu’aucun n’ait été donné au Musée, en particulier un des deux qui fut construit par U.T.A. Industries au Bourget.


La Commission Patrimoine ''Mémoire vivante de l'histoire de l'UTA''


L’idée de sauvegarder le Patrimoine historique d'Air France et de facto celui d'UTA avait été évoquée par Denis Parenteau, alors Directeur de la DCRH  lors d'une réunion le 16 février 1998.
Lors de cette réunion, Claude Bossu avait proposé que l'Amicale UTA participe et aide à la montée en charge de l'inventaire UTA, en créant la Commission Patrimoine de l'Amicale.
Il désignait Gérard Gourlan pour diriger la "Commission patrimoine" qui devait devenir, au fil des créations, le 'Musée UTA'
Les dons reçus étaient placés dans des cartons. En 2004 il apparut que l'organisation de la Commission Patrimoine n'était pas adaptée aux diverses sollicitations dont nous faisions l'objet, principalement celles du Service du Patrimoine d'Air France qui nous consultait régulièrement sur tout ce qui concernait UTA. Pour mieux répondre il était nécessaire de nous organiser en utilisant l'informatique. Claude Bossu décida d'investir en achetant un ordinateur, un scan, une imprimante, un graveur CD/DVD, une table lumineuse nécessaire à l'identification des diapositives et négatifs. Nous possédions:
-  Fret : 4641 photos et tirages
- UTA Industries : 26 390 photos, tirages, films négatifs.
- Internégatifs utilisés pour le magazine UTA Distance : 3 650 négatifs.
- Évènements /cérémonies/personnalités : 712 photos
- Avions : 927 photos
- Installations industrielles, ateliers, hangars : 267 photos.
- effets vestimentaires : 121 items (veste, pantalon, costume, robe hôtesse, gabardine/PNC-PNT, etc.)
- Aérophilatélie : 122 enveloppes 1er jour et timbres.
- dépliants touristiques : 149 items.
- revues diverses (Icare, Distance, Aviation Magazine… )
- menus à bord, objets publicitaires, livres consacrés à l'Aéronautique…
Avec les dons les collections s'enrichirent régulièrement.














Retourner au contenu | Retourner au menu