Musée de l'Air - Amicale de l'UTA

Aller au contenu

Musée de l'Air

                                                       Les réserves extérieures du Musée de l'Air
                                                         
                                                      A gauche un DC8 UTA,  devenu militaire du nom de "Sarigue"
Après des mois de conception et de travaux pour la mise à l’abri de ses collections, l’inauguration officielle de la réserve Jean-Paul Béchat a eut ieu le 23 novembre 2017 en présence de la ministre des armées, Florence Parly, du président du GIFAS Eric Trappier et du Général d’armée aérienne Stéphane Abrial, Président du Conseil d’administration du musée de l’Air et de l’Espace. La nouvelle réserve « Jean-Paul Béchat » qui offre une surface utile de 3 500 m2, réalisée grâce à un important mécénat du GIFAS.
 Le gigantesque hall est édifié dans la zone technique de Dugny, à côté du « hangar Bermuda », là où une équipe de jeunes issus des milieux défavorisés, encadrés par l’association les Ailes de la Ville, effectue un travail de restauration de longue haleine de ce vieux quadrimoteur.

Car les réserves se situent de l’autre côté des pistes de l’aéroport du Bourget. À proximité, de nombreux avions en piteux état attendent des jours meilleurs sous l’averse…
Depuis 1921, lorsqu’a pris corps la constitution du musée de l’Air, décidée en 1919, « c’est la première fois que le musée dispose d’un véritable bâtiment dédié aux réserves » énonce Christian Tilatti, conservateur en chef du musée. Le cahier des charges a donc été établi par l’équipe de la conservation : « on a d’abord défini nos besoins, ce qu’on voulait y mettre.

Ce hangar est destiné aux “petits formats“, de faibles dimensions, plutôt fragiles, de technologie bois et toile. »
À l’intérieur, deux reliques, bien solitaires encore, illustrent le propos. « Les collections aérostation y trouveront également leur place, nacelles, cercles de charge, soupapes… »
 La dévolution du bâtiment a dicté des conditions de température (+ 19 °C) et d’hygrométrie (50 % d’humidité) contrôlées, et l’interdiction de la lumière du jour. Sans ouverture côté tarmac, hommes et matériels y pénètrent par un grand sas. Les matériels sont positionnés et déplacés sur des bâtis à roulettes, l’utilité du « sas » étant la possibilité de se livrer à un dépoussiérage, à la constitution d’un constat d’état, sans « contaminer » le local principal.
C’est donc le premier hydravion à coque, le Donnet-Lévêque type A de 1912 qui accueille le visiteur lors de cette cérémonie inaugurale. Ces bâtis métalliques permettent de regrouper tous les éléments constitutifs de l’aéronef, tout en préservant sa mobilité et son accessibilité, aux techniciens du musée comme aux éventuels chercheurs extérieurs.
Son cheminement le fera ensuite pénétrer dans la vaste nef, où il rejoindra l’aile volante Fauvel AV-36 du champion vélivole Éric Nessler et le Deperdussin Monocoque de 1913, exposés à titre d’exemple. Le planeur sur son bâti est d’ailleurs accroché sous un palan capable de le monter sur la mezzanine.
Le début des opérations de « remplissage » de ce hall est prévu pour janvier 2018 (ce qui coïncidera avec la prise de fonction de la nouvelle directrice, Anne-Catherine Robert-Hauglustaine, d’ailleurs présente), avec des pièces en provenance de divers lieux déjà utilisés par la conservation.
Cette arche de Noé aéronautique a été conçue par l’architecte Jean-François Schmit, avec entre autres, le centre de maintenance d’Air-France à Blagnac, ou une usine pour les fusées Ariane.

Ce bel ouvrage a été financé par un important mécénat du GIFAS, décroché par la directrice d’alors, Catherine Maunoury, et une dotation complémentaire du ministère des Armées. Il porte le nom d’un grand industriel, l’ingénieur Jean-Paul Béchat décédé le 22 novembre 2014 qui fut pdg de la Snecma avant d’assurer la présidence du directoire de Safran. Éric Trappier, président du GIFAS n’a pas manqué de lui rendre hommage, en présence de sa famille, dans son discours.
Tandis que le général Stéphane Abrial, président du Conseil d’administration du musée de l’Air et de l’Espace a révélé qu’un autre bâtiment suivra, celui-là de 6.000 m2, plus particulièrement destiné à abriter les machines métalliques de plus grande envergure, tandis que le hall 39-45, côté Le Bourget, désaffecté depuis longtemps car impropre à l’accueil du public, sera transformé pour un usage de réserve.
Le Musée de l’Air avait bien besoin d’un développement à la hauteur de la richesse du patrimoine qu’il préserve et valorise. Sous tutelle du ministère des Armées, secteur de la défense qui constitue « le deuxième centre culturel de l’État » selon le général Fleury, il se doit d’être à la
hauteur de sa mission.
Et si le Bermuda était présenté, ce vaste hangar pourrait encore abriter plusieurs de nos avions, DC8, DC7, Constellation.

     
Retourner au contenu